Association des Enseignants d’Activités Technologiques

Discours d’ouverture et rapport d’activités

samedi 18 novembre 2006 par Yves LEMAL

 Chers collègues et invités,

Bonjour et bienvenue

à l’Assemblée Générale de l’A.E.A.T.

J’aimerais commencer les débats en posant une question simple : depuis notre dernière assemblée générale, qu’en est-il de la situation de notre discipline aujourd’hui ?

Peu de changements concrets, sauf en pire peut-être, et ce malgré les péripéties dues aux différentes commissions de réécriture de nos programmes : programmes annulés, vrais-faux programmes, conflits entre les clans au sein du microcosme qui essaie de nous gouverner...

Les débats de fond avant décision dans l’intérêt des élèves, de la discipline et de la société sont évacués au profit de luttes d’influence et de pouvoir.

Actuellement, nous en sommes à la défense de l’existence de la discipline, face aux projets de condensation disciplinaire (dans une optique plus financière que pédagogique) et à la mise en place de l’expérimentation d’un éventuel enseignement intégré des sciences et des techniques (dans des conditions d’expérimentation assez obscures semble-t-il).

En outre nous sommes dans une période de flottement décisionnel dû

  • à la configuration politique actuelle,
  • ainsi qu’à la démarche pour le moins empirique de l’Etat dans le domaine de l’Education où de multiples commissions ont fonctionné sans cohérence, ni dans le temps ni dans l’idéologie (Commission Thélot, socle commun de compétences, commissions disciplinaires de réécriture des différents programmes enseignés...).

Cette absence de lisibilité favorise l’éclosion des visions de la Technologie (et de l’enseignement technique) parfois bien éloignées des besoins de formation des élèves.

Sur tous ces points, nous avons agi et sommes intervenus auprès des autorités concernées (voir rapport d’activité ci-après) sous les formes habituelles :

  • courriers de protestation, lettres de défense de la discipline
  • envoi de nos textes de propositions, de réflexion
  • rencontres et contacts avec la commission Secrétan
  • rencontre avec des partenaires.

 Pour mémoire :

12 et 13 Novembre 2004 :
lors de ses journées d’étude au CNAM, l’AEAT riposte aux projets de programmes de la commission Sécrétan (nouveaux programmes des classes de 6ème et 3ème), et aux résultats de la consultation présentée le 18 octobre 2004, par une lettre ouverte adressée au premier ministre, à la profession et aux organisations représentatives présentes au CSE.

Lors de ces journées, un texte de réflexion est élaboré par les participants : « Le monde construit par l’homme. Identité de la Technologie ».

27 novembre 2004 :
La FCPE tient un colloque sur le thème « La Technologie, un élément fondateur du socle commun ». L’AEAT qui envoie gracieusement son bulletin très régulièrement à la FCPE, n’est pas invitée au colloque. Nous adressons une lettre d’étonnement au président de la FCPE, et demandons les raisons qui expliquent notre mise à l’écart. Un chargé de mission nous répond qu’il n’y a aucune volonté d’ostracisme, que l’AEAT n’était pas connue.

1er décembre 2004,
le CSE vote l’arrêté de modification des programmes de sixième, pour une application dès la rentrée 2005. Le projet de 3è ne sera pas présenté au CSE ce jour.

12 décembre :
un groupe d’universitaires propose aux associations de signer et faire signer une lettre commune, destinée au ministre, afin de demander que le sort de la Technologie ne soit pas traité dans la précipitation, et que le mise en application du nouveau programme de 6ème soit reportée, enfin qu’une commission incontestée soit responsable d’une réflexion sur ce sujet. L’AEAT signe.

Mars 2005,
l’association décide de publier le livre de Salicis « Enseignement primaire et apprentissage », aux sources de notre enseignement, afin de placer la Technologie dans son contexte historique et politique.

23 avril 2005, institution du HCE

7 juin 2005,
l’AEAT est reçue par Daniel Sécrétan, pour présentation de l’avant-projet des programmes du cycle central.

25-26 juin 2005,
le CA de l’association analyse dans un texte les programmes du cycle central proposés par la commission Sécrétan et fait des demandes.

26 juin 2005,
le CA étudie les parutions des fournisseurs pour le nouveau programme de 6ème, et donne son avis critique dans un article.

Juillet 2005 :
un premier projet de programme paraît, élaboré par la commission Sécrétan, l’AEAT en reçoit une version le 1er juilllet.
Au BO paraît le Hors Série N°5 du 25/08, sur les thèmes de convergence, avec une introduction commune à l’ensemble des disciplines scientifiques. Ce texte inquiète vivement l’AEAT qui prend position dans son bulletin.

Septembre 2005,
les programmes de sixième doivent être mis en application par les équipes pédagogiques. Les documents d’accompagnement de ces nouveaux programmes ne sont mis en ligne sur Eduscol que le 14 septembre !

23 novembre 2005,
l’AEAT est présente au Salon Educatec lors d’une présentation des projets de programme par Sécrétan. (version remaniée). Nous faisons part à la fin de la conférence de notre réprobation sur la façon dont cette conférence a été menée, sans laisser place à un dialogue avec les partenaires présents dans la salle. L’AEAT était présente en tribune mais les sujets abordés ont consisté surtout à « noyer le poisson ».

Lors de ce salon Educatec, l’AEAT s’entretient avec certains fournisseurs pour la Technologie, ceux-ci nous font part de leur colère sur la façon dont les achats de matériel pour le nouveau programme de sixième sont orientés de façon très opaque vers un nombre restreint de fournisseurs qui semblent avoir les faveurs de certains « décideurs ».
A la suite de ce salon, l’AEAT sollicite la FCPE afin d’initier une discussion sur les fabrications individuelles ou collectives, les objets confectionnés. Notre lettre reste sans réponse.

Décembre 2005 :
les projets de programme sont retirés du site d’Eduscol. La commission Sécrétan semble écartée à partir de ce moment.

Janvier 2006 :
la DESCO élabore un texte nouveau sur le programme du cycle central, ce texte reste confidentiel. Donc plusieurs organisations, dont l’AEAT, écrivent une lettre commune au ministre afin de demander une information claire à ce sujet : les signataires sont l’AEAT, l’AEET, PAGESTEC, le SNES, le SGEN-CFDT.

L’AEAT reçoit et étudie le projet de la DESCO.

6 Février 2006 :
l’AEAT est reçue au ministère par Monsieur Roque, chef du bureau du contenu des enseignements. Il nous annonce que le travail de la DESCO est une esquisse qui doit être reprise, et qu’il n’y aura pas de mise en place des programmes à la rentrée 2006. Monsieur Roque nous affirme que le report du programme du cycle central laissera à la profession un répit pour une meilleure mise en oeuvre du nouveau programme de sixième. Les autres associations et syndicats convoqués à la même période reçoivent les mêmes informations. Pour l’occasion de cette entrevue, l’AEAT a pris une position sur les projets et fait des propositions sous forme d’un document adressé à Monsieur Roque.

En février-mars,
tout le monde est en attente de la sortie du décret sur le socle commun, qui est un préalable à la reprise du travail sur les projets de programme.

Mars 2006 :
le Haut Conseil de l’Education fait paraître les recommandations pour le socle commun.

2 mai 2006,
sortie du rapport Rolland sur l’enseignement des disciplines scientifiques.

Le 10 mai 2006
paraît le projet de décret sur le socle commun.

En mai,
l’AEAT s’alarme de certains faits inquiétants :
Un éditeur (Hachette Education) informe sur la parution d’un cahier d’activités pour la classe de 5ème, disponible dès la rentrée 2006. Les thèmes abordés sont la conception de la réalisation des produits manufacturés, la conception et l’aménagement du cadre de vie, ainsi qu’une partie TICE.
D’autre part, certains Plans Académiques de Formation proposent des stages sur les nouveaux programmes de 5ème en Technologie.
Enfin, dans l’Académie de Paris, un inspecteur incite les professeurs à mettre en place le nouveau programme de cinquième, dès la rentrée 2006.

Juin 2006 :
Le CSE rejette le projet de socle commun (18 voix contre, 16 abstentions, 7 refus de vote). Rappelons cependant que le Conseil Supérieur de l’Education n’a qu’un rôle consultatif.

Juin 2006,
nous apprenons la mise en place d’une expérimentation d’un enseignement de sciences intégrées dès la rentrée 2006.

30 juin,
l’AEAT est présente à la journée « enseignements scientifiques et technologiques, quel avenir ? », de l’Observatoire National des Programmes et des Pratiques du SNES.

1er juillet 2006,
l’AEAT prend position par un texte sur l’enseignement intégré des sciences et de la technologie.

13 juillet 2006,
l’AEAT est reçue au ministère par Monsieur Bénéfice qui nous annonce qu’une nouvelle commission va être mise en place prochainement pour repenser les programmes de Technologie du cycle central, et du cycle d’orientation, ainsi que pour revoir éventuellement le programme de 6è.

Le même jour nous prenons contact avec les autres associations et syndicats qui sont également convoqués.

La défense et la promotion de l’Association, la publication du bulletin ont également constitué une forte part de l’activité du CA.

Sur les contenus de la discipline, nous avons continué à réfléchir et à formuler des propositions que nous pensons cohérentes. Nous maintenons ces propositions notamment sur la nécessité d’un enseignement de la technologie basé sur la production scolaire avec le maintien des fabrications « individuelles » comme socle d’appropriation, les productions collectives prenant progressivement leur place dans le cursus de discipline.

Nous allons maintenant ouvrir la discussion. Je vous remercie de votre attention.

Christian Houdré

Président de l’AEAT

Le 18 novembre 2006 à Paris


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1977 / 129210

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site AEAT actualité  Suivre la vie du site AG - 2006   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License